Le regard de la photographe Fanny BEGOIN

dans la revue MIROIR DE L'ART de novembre

Les Ateliers - www.fannybegoin.com

_________________________________________________________________________

Magazine Dessin&Peinture n°74

septembre octobre 2014 par Audrey Higelin

_________________________________________________________________________

3 Août 2014

Paris : TAYEB OULD AROUSSI - Directeur de la bibliothèque de l’Institut du Monde Arabe.

OMAN, le pays magique et attirant.

J’ai eu la visite de l’artiste peintre Nathalie Doré à mon bureau, par l’intermédiaire d’un ami qui aime l’art et la peinture.

Elle a commencé à me raconter ses activités artistiques, sa participation aux expositions en tant qu’artiste ou organisatrice, ainsi que les cours de dessin qu’elle donne dans son atelier.

Nathalie Doré est une artiste peintre accomplie. Je lui ai proposé d’exposer ses toiles dans un endroit en lien avec le monde Arabe.

Je lui ai demandé de me montrer quelques unes de ses toiles et j’ai été attiré par certaines d’entre elles. C’est à ce moment-là que Nathalie m’a parlé de son voyage au Maroc et de son séjour, le plus marquant pour elle qui fut celui à Oman. Je lui ai demandé de me parler de sa rencontre avec ce pays et combien de temps elle y avait passé pour avoir peint autant de toiles sur ce pays. Ce voyage, Nathalie l’a fait en 2010 avec son mari et leur fils. Ils devaient aller visiter le Sahara Algérien, mais l’éruption du volcan en Avril 2010 au nord de l’Europe a empêché l’avion de les y emmener. L’agence de voyage leur a proposé  d’organiser un autre voyage pour Décembre. Plusieurs destinations étaient proposées, dont Oman, que Nathalie a choisie. Celle-ci nous dit qu’elle est tombée sous le charme de ce pays et de son peuple. Nathalie me raconte que « Saïd » leur chauffeur, les a conduits dans des endroits magiques :

« J’ai été attirée par ce désert ensorcelant, par ces espaces calmes et apaisants, par ces routes et leurs virages. J’ai pris mon crayon et j’ai commencé à dessiner ce silence et ce vide. A un moment, j’ai été inspirée par la main droite de Saïd posée sur son volant,  qui remplissait pour moi tout cet espace et ce silence, qui faisait partie intégrante de cet univers magique et ensorcelant. Je n’ai  jamais connu pareille paix avant ce pays. Un jour, nous revenions d’une excursion, nous avons été conviés à partager le repas des villageois ; c’était une très belle rencontre avec le peuple de ce pays et l’occasion de vivre leur hospitalité, leur tolérance et leur écoute envers les étrangers. J’ai exprimé, par mon pinceau, mes sentiments envers ce pays qui m’a parlé, qui a répondu à mes questions, qui m’a enchantée et émerveillée. Pour partager ces moments privilégiés avec d’autres personnes et leur parler de ce merveilleux pays, je suis prête à exposer mes toiles ».

Nathalie Doré s’est exprimée par son crayon ; c’est ce silence qui l’a inspirée. Elle dit que dans le silence, il y a la rencontre de l’âme qui lui parle, elle la cherche à travers des gestes simples, comme la main de Saïd qu’elle a peinte dans plusieurs de ses toiles, chacune d’entre elles raconte une histoire différente. Nathalie est comme un poète, elle se nourrit de ces moments dont elle sait qu’elle va pouvoir les exprimer avec son pinceau. Nathalie peint des rêves et de l’espoir.

La femme occidentale qu’elle représente, a découvert un pays du monde Arabe qui l’a émerveillée. Elle reste attachée à ce pays et aimerait le rencontrer chaque fois un peu plus. En effet, Nathalie veut perpétrer ces paysages en en soulignant les détails, en particulier les effets qui attestent des civilisations de nos ancêtres. Nathalie peint ce que lui inspire la réalité, elle veut comprendre les mystères de la création, comprendre ce qui se cache derrière les dunes de sable, au delà du désert sculpté, pas loin de la mer, ou le rythme des champs et des rides sur la terre causées par la pluie et le temps.

TRADUCTION,  Hayet Frontard-Cherit                                             

 

http://www.atheer.om/Article/Index/6797

 

_________________________________________________________________________

Horizons

"Certaines journées commencent curieusement. On se lève la tête encore emplie d'un rêve improbable, déjà en partie effacé. Une cité lacustre, le reflet d'une oasis dans un monde de sable faisant mirage et pourtant incroyablement précis. Le goût du vent sur les lèvres et la résonance d'une musique ancienne pervertie par la distance…
Comme en enfance, les distances sont perçues comme absolues, gigantesques, engouffrantes mais paradoxalement tendres et intérieures. Un monde de formes fuyantes, de couleurs et d'odeurs dans lequel la réflexion n'a plus sa place et ne l'a jamais eu. Peut-être, un jour, oser revenir vers ces terres profondes, subjugué, abandonner toute histoire personnelle, oublier jusqu'à son propre nom..

Se retrouver empli du vide de la plaine, à peine conscient de sa propre existence et plonger, enfin, sans aucune crainte vers un Réel impossible à décrire."

Daniel Goldschmidt

_________________________________________________________________________

Balt-Art - Octobre 2011

_________________________________________________________________________

Univers des Arts - Novembre 2010

_________________________________________________________________________

LE PROGRÈS - Annie Demontfaucon - 27 juin 2010

_________________________________________________________________________

Le Courrier de L'Eure - Décembre 2009

Partant de la nature, de la terre en particulier, dont la croûte est un corps vivant, Nathalie Doré en fait une métaphore de notre propre condition. Ce cadeau que tout homme a reçu en partage, mais que d'aucuns s'emparent comme de vils prédateurs, mérite attention et respect. D'une impeccable construction, les oeuvres de Nathalie Doré font appel à des techniques visiblement sophistiquées. Sans doute opère t'elle en plusieurs étapes pour parvenir à cet effet si chaleureux, caressant comme une dune de sable. Comme si le minéral prenait la consistance d'une chair ou d'un tissu dans toute la fragilité que suppose cette double image. Tributaire du regard que nous portons sur elle, cette terre que nous contemplons n'est jamais immobile, inerte ou insensible. On dirait que le peintre suit les courbes géodésiques, épousant les reliefs d'un paysage métamorphique et prodigieux.

Luis Porquet

_________________________________________________________________________

REVUE TAYLOR 2009

TAYLOR LES EXPOSITIONS NOVEMBRE 2008

Le peintre Nathalie Doré, est un « perspecteur ». Elle sait que la rencontre des lignes exprime la sensation telle que nous l’éprouvons. Mais la nature n'aime pas les parallèles. L'étendue ne se manifeste que dans la fuite. Les sillons et les strates deviennent les routes de l'horizon. Nous savons bien qu'ils sont côte à côte mais c'est de leur rencontre apparente que nous reconnaissons l'étendue. Aussi éloignée du trompe l’½il que de la gratuité des surfaces, elle signifie l'espace, elle en fait un portrait.

Philippe Lejeune.

_________________________________________________________________________

Pratique des Arts -  Catherine Desvé - Décembre 2008

_________________________________________________________________________

Nicole Lamothe - Univers des Art - Octobre 2008

_________________________________________________________________________

« Nathalie Doré est une artiste « de terrain » : il faut entendre par là que la terre tient l'exclusivité de sa belle inspiration. Non pas la nature, le paysage, mais la terre comme élément vivant, « la croûte terrestre comme la peau d'un c½ur qui bat ». La terre qui ondule, se gonfle se plisse et impressionne par la puissance de sa « respiration ».

Dans cette ample vision qui réinterprète cette réalité terrestre avec le regard d'un peintre-poète, Nathalie Doré donne à voir de vastes étendues toutes en courbes harmonieuses, transcription de l'émotion ressentie devant cet élément vivant et mystérieux. Avec un « métier » de peintre admirable, une matière superbement travaillée, une gamme chromatique somptueuse bien que toute en retenue, qui éclaire sa terre d'une lumière « extra-terrestre » (ou spirituelle), cette artiste authentique est l'auteur d'un véritable hymne à la gloire de la beauté terrestre. Si seulement tous les humains, au moins les plus influents, pouvaient avoir ce regard là. »

G Alamo - Biennale de Conches - Avril 2008

_________________________________________________________________________

 «  Source de son admiration, de ses méditations, de sa réflexion, la nature est la compagne de tous les instants pour Nathalie Doré. Il ne s'agit pas de la terre nourricière, de description de paysage mais d'une transmission de l'émotion devant cet élément vivant qui nous est proche. A travers ses toile, cet artiste s'attache à aller au plus profond, à découvrir l'essence, l'intime, à percevoir les vibrations, les résonances de cette couche terrestre. Élément fondateur, la terre immuable, indispensable à l'homme garde ses secrets. Nathalie Doré établit un rapport permanent, un vrai dialogue avec elle exprimé dans des compositions qui réinterprètent le réel, lui conserve sa vérité, offrant de vastes horizons qui s'ouvrent vers l'infini ».

_________________________________________________________________________

Nicole Lamothe - Univers des Art - Mai 2007

_________________________________________________________________________

Pratique des Arts -  Catherine Desvé - Novembre 2008

_________________________________________________________________________

Le Pecq en Scène - Décembre 2007

_________________________________________________________________________

Yvelines Première - Décembre 2007

_________________________________________________________________________

La Montagne - Chamalières - Janvier 2007

_________________________________________________________________________

Artistes Magazine - Analyse d'une oeuvre - Valérie Auriel - Juillet 2006

___________________________________________________________________________